La pietonnisation des voies sur berges à Paris s'invite au Conseil de territoire du 26 septembre

Publié le

Delphine Fenasse, conseillère territoriale

Delphine Fenasse, conseillère territoriale

Lors du dernier Conseil de territoire du 26 septembre 2016, il nous était proposé d'adopter un voeu relatif à la piétonnisation des voies sur berges à Paris. j'ai voté contre ce voeu, estimant hypocrite la position de la majorité de droite lorsqu'elle s'offusque de la volonté de la mairie de Paris de lutter contre la pollution de l'air.La pollution tue à Paris 2500 personnes par an et 6 à 7 personnes par jour. Le constat est le même dans le Val-de-Marne.

La piétonnisation des voies sur berges est un excellent moyen de lutte contre la pollution de l'air, mais elle doit se faire en concertation avec les villes limitrophes de Paris.Mais pour être efficace, elle doit s'accompagner de plusieurs autres mesures que les élu-e-s de droite de la majorité refusent depuis des années.

La première mesure est de réduire les distances domicile/travail en luttant contre la spéculation immobilière à Paris et sa proche couronne en imposant la construction de logements publics dans les villes comme Nogent, Vincennes, St Mandé ou St Maur, qui ne respectent pas la loi SRU et créent des ghettos de riches, condamnant les travailleurs à faire de longues distances tous les jours.

Il faut également développer l'offre de transport public et exiger du STIF et de la région IDF dirigée par la droite qu'ils assument financièrement la rénovation des RER, bus, et métro.

Il faut enfin une politique incitative aux modes de transport collectifs et demander à Mme Pécresse, présidente de la région IDF, de revenir sur sa décision d'augmenter le tarif des transports en commun, et d'engager la région vers la gratuité des services publics de transport.

Si la lutte conte la pollution de l'air doit se faire en concertation avec toutes les parties de la ŕégion, la piétonnisation des voies sur berges à Paris est un signe positif qui ne saurait servir de prétexte politicien à une droite hypocrite, pour qui cette question n'a jamais été une priorité.

Commenter cet article