Alternati quoi ? ALTERNATIBA !

Publié le par Parti de Gauche 94 Nord

bandeau-alternatiba.jpeg

Un dimanche 6 octobre, 12.000 personnes se sont retrouvées à Bayonne dans le premier village des alternatives au changement climatique Alternatiba, quelques jours après la publication du Volet I du 5ème rapport du GIEC. Une mobilisation large, bien au delà des seuls militants convaincus, était donc possible sur la question de l'urgence climatique. A la fin de la journée, une déclaration solennelle appelait à créer 10, 100, 1000 Alternatiba en France et en Europe, dans la perspective de la COP 21 qui doit se tenir à Paris fin 2015. L'objectif en est d'interpeller les dirigeants sur les conséquences dramatiques de l'absence d'accord international ambitieux, efficace, contraignant et juste sur le climat, mais aussi d'appeler les populations à mettre en route sans plus attendre la transition sociale, énergétique et écologique nécessaire pour éviter le dérèglement profond et irréversible des mécanismes du climat.

Cette dynamique partie du bas a donné naissance, entre autre :

  • au Tour Alternatiba : 5637 km traversant 187 territoires et 6 Etats (France, Espagne, Suisse, Allemagne, Luxembourg, Belgique) pendant 4 mois. Le Tour Alternatiba part de Bayonne, ville du premier Alternatiba, le 5 juin, journée mondiale de l’environnement et arrive à Paris le 26 septembre201, en passant par le Val-de-Marne les 23 et 24 septembre 2015
  • à la constitution d'un Village Mondial des Alternatives qui se tiendra à Paris pendant la COP21
  • à la rédaction d'un appel au Village Mondial des Alternatives 
    Carte-alternatiba.jpg

Alternatiba appelle à un rassemblement citoyen massif à Paris pendant la COP21 pour organiser un grand Village mondial des alternatives. Ils appellent tous ceux qui portent des alternatives sur leur territoire, ceux qui veulent aider à l’organisation logistique du village, ainsi que ceux qui souhaitent simplement découvrir la multitude d’alternatives existantes dans les nombreux domaines où il est possible d’agir pour relever le défi climatique.

La dynamique des Alternatiba travaille à la construction d’un monde plus humain et plus solidaire. Cet objectif est bien évidemment totalement incompatible avec les idées et comportements xénophobes, racistes, sexistes, homophobes, excluants, discriminatoires, anti-démocratiques ou violents.

Alternatiba propose des alternatives pour reprendre le pouvoir dans ses lieux de vie, rendre l’alimentation saine et encourager l’agriculture responsable, pour un développement de «court circuit» de l’énergie, ou pour rendre l’économie juste et efficace.

Qu’y a-t-il de commun entre les relations hiérarchiques, l’aménagement d’un quartier, la reprise par ses salariés d’une entreprise en faillite sous forme coopérative, le choix des plantations des espaces verts, la décision de construire un incinérateur ou une zone d’activités, l’interdiction de produire ses propres semences, le conseil de quartier, la monnaie… et le rôle du capitaine ? Ce sont des exemples de situations où l’action citoyenne semble impossible et pourtant des moyens d’agir existent.
MOI CITOYEN/CITOYENNE, je peux choisir de reprendre le pouvoir dans mes lieux de vie, pour moi et pour les autres.

Une économie éthique cherche à bénéficier à tous dans la durée et de manière équitable pour chacun. Elle se veut respectueuse des personnes présentes et futures, donc des ressources naturelles, et incite donc à la modération, voire la sobriété.Une économie pour et par tous fait la place aux projets citoyens, à l’innovation, à l’efficacité énergétique, à la valorisation de l’expérience habitante et au partage des savoirs. C’est une économie qui soutient l’artisanat, les productions citoyennes, les coopératives et les entreprises sociales. Elle privilégie l’économie circulaire tout en restant ouverte sur le monde : perspicacité globale, savoir-faire local.
MOI CITOYEN/CITOYENNE, je peux choisir, l’économie du partage et de la collaboration contre la privatisation, l’économie de la récupération et de la réutilisation contre le sur-gaspillage.

L’agriculture biologique et paysanne privilégie le bien-être des producteurs ainsi que la santé des consommateurs. A travers des circuits courts de production et de distribution, il s’agit d’économiser du temps, de l’argent et de l’énergie tout en préservant l’environnement et l’emploi local.L’agriculture biologique et paysanne favorise les productions locales et le commerce équitable, les fruits/légumes de saison et des liens directs de confiance entre les producteurs et les consommateurs. Elle protège le savoir-faire des agriculteurs, change les règlements et la pratique pour cesser de jeter les fruits/légumes qui ne sont pas « beaux » ou standards (forme, calibre, couleurs, taches…) et prend en compte les spécificités de chaque terrain pour optimiser les rendements des productions.
MOI CITOYENNE/CITOYEN, je peux choisir une agriculture sans pesticides, sans intrants chimiques, sans OGM, où l’ensemble des variétés et de leurs nutriments sont préservés et protégés. De nombreuses techniques naturelles et écologiques existent, permettant de produire autant, voire plus, à l’échelle locale et globale.


Le Parti de Gauche appelle tous ses militants à soutenir cette initiative et à y participer.
 



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article