Pour les Insoumis : le programme d’abord !

Publié le par Parti de Gauche 94 Nord

Le travail de préparation du programme de gouvernement que les Insoumis vont porter dans la campagne de 2017 vise à articuler le projet général et les mesures concrètes à mettre en œuvre dans un mandat.

La campagne présidentielle des Insoumis ne part pas de rien.
Quatre millions de voix, oui bien sûr. Mais nous nous appuyons d’abord sur L’Humain d’abord, le programme de 2012.
Francis Parny, l’homme qui coordonnait pour le PCF en juin 2011 la rédaction de ce programme est aujourd’hui aux côtés de Jean-Luc Mélenchon dans cette campagne. Il est d'ailleurs étonnant qu'il soit le seul à parler encore de ce programme et à en faire sa base de départ pour 2017.

Les commentateurs qui faisaient il y a peu des poses sur le thème « le programme d’abord ! » en sont restés à leurs bavardages de posture. L’été arrivé, ils n’ont pas écrit une ligne. De notre côté, nous faisons vivre l’acquis de notre bataille pour faire renaître une force progressiste dans notre pays. Le programme, c’est le cœur de notre projet.

Ce programme se construit progressivement mais très activement.
En proposant sa candidature, Jean-Luc Mélenchon a fixé les grands chapitres. Les premières vidéos des auditions programmatiques de la France insoumise sont désormais en ligne !
C’est un travail collectif comme l’indique la méthode détaillée sur le site de campagne. Il se fait sous la direction de deux professeurs d’universités. Nous avons fait une présentation de l’équipe et de la méthode lors d’une conférence de presse dont la vidéo est disponible en ligne. Nous butinons ici ou là pour faire notre miel aux contacts des insoumis et des secteurs mobilisés de la société. Contributions, auditions et bientôt convention nationale de la France insoumise des 15 et 16 octobre prochains sont les étapes.

Le travail d’actualisation de L’Humain d’abord bat donc son plein.
S'achève tout juste une série de 16 auditions avec des professionnels et des chercheurs. Le format est celui d’une audition parlementaire : un ou deux invités spécialistes d’un sujet sont questionnés pendant une à deux heures. Toutes les vidéos de ces auditions seront mises en ligne à raison d’une par semaine pendant tout l’été.
La première est celle de Dominique Bourg, professeur à l’université de Lausanne et vice-président de la Fondation Nicolas Hulot. Nous avons notamment parlé du temps long et de sa reconquête.
La deuxième porte sur les énergies marines avec Yann-Hervé de Roeck, directeur-général de France Energies Marines.
La troisième traite des questions de sécurité avec le sociologue Laurent Bonelli.

Les personnes auditionnées l’ont été sur la base de leur connaissance professionnelle ou académique. Il va de soi que cela ne vaut pas engagement aux côtés des Insoumis. Quelques vidéos ne seront pas diffusées car certains invités ont accepté d’être auditionnés seulement sous condition de confidentialité.

Les thèmes traités sont très variés. Mais les questions que L’Humain d’abord traitait insuffisamment ont été privilégiées, comme la souffrance au travail, les médias, la santé, la sécurité ou les énergies marines, ou pour lesquelles la situation a beaucoup évolué depuis 2012. Les conditions matérielles de mise en œuvre de notre programme ont également été débattues, par exemple en matière de transition énergétique.

Ce n’est pas tout. Depuis la proposition de candidature de Jean-Luc Mélenchon le 10 février, les insoumis ont ainsi déposé plus de 2200 contributions sur le site internet jlm2017.fr qui a donné lieu à une première synthèse publiée en mai dernier sur la base des 1600 premières contributions.
Le dépôt de ce type de contributions va être clos dans les prochains jours. Tout l’été, l’équipe de rapporteurs thématiques va décortiquer les 600 contributions supplémentaires postées depuis la première synthèse. Un nouveau document sera donc publié à la fin de l’été.

Ce travail de contributions et d’auditions va se conclure début septembre par la remise des contributions des organisations et groupes politiques qui appuient la proposition de candidature et leur audition par l’équipe chargée du programme.
Déjà le Parti de Gauche et la Nouvelle Gauche Socialiste ont transmis leurs contributions programmatiques de quelques pages. Les autres groupes comme « Ensemble insoumis » et les communistes regroupés par Francis Parny et Christian Audouin vont faire de même. Tout groupe ou parti qui voudrait rejoindre la France insoumise pourra proposer sa contribution à n’importe quel moment de la campagne.

À la rentrée, une nouvelle phase du travail programmatique va s’ouvrir. Elle culminera les 15 et 16 octobre lors de la Convention nationale de la France insoumise.
Ce sera une étape importante. Nous y adopterons un document issu de ce travail préparatoire de plusieurs mois. Mais rien ne sera ficelé définitivement. Le programme restera en construction tout au long de la campagne. Nous avons déjà imaginé plusieurs outils pour poursuivre sans cesse son enrichissement et son amélioration au contact de la société mobilisée.
Après la Convention, chaque secteur sera invité à travailler à un « livret thématique » pour préciser ce qui peut et doit l’être. Les questions agricoles fourniront le modèle vu que les Insoumis sont très pointus sur ce sujet.
Des « ateliers législatifs » se réuniront aussi pour compléter les manques éventuels et surtout travailler à la mise en œuvre concrète de nos mesures par des échanges avec les professionnels. Les questions de sûreté et sécurité pourraient inaugurer la relance de ce format qui a fait ses preuves aux débuts du Parti de Gauche sur la planification écologique ou la laïcité.

Cette convention nationale sera surtout une Assemblée représentative du mouvement la France insoumise. Elle sera composée de représentants des groupes d’appuis et des membres des différents espaces qui appuient ma candidature : syndicalistes, lanceurs d’alerte, forces politiques etc. Sa composition fera une large place au tirage au sort. Et certaines personnes seront nommées pour assurer la présence de figures intellectuelles, universitaires ou militantes qui ont beaucoup à nous apporter. Le programme sera le cœur de la Convention nationale. Mais ce ne sera évidemment pas le seul objet ...

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

valentini 24/04/2017 10:42

Victoire de Frankenstein

Oyez les gens ! L’écœurant spectacle de la course républicaine aux bonnes places. La monarchie gaulliste se transforme en un gigantesque bureau d'aide sociale au reclassement des vieux partis de l'oppression et de l'exploitation. France-Europe-TAFTA a réussi à vendre son poulain en chocolat à des clients qui semblent plutôt contents de leur nouveau produit. Mi-Morhange, il rend la peau ridée des vieux bébés, douce et lisse et mi-Médiator, il dégraisse son bœuf des pieds à la tête. Ce panneau en marche nous est offert par l'union des équarrisseurs, bien décidée à transformer la France, comme on le fait pour la viande estampillée UE. Pour nous, les Insoumis et autres édentés et karchérisés, rien n'a changé. Contre les pus et repus, la lutte continue. Et donc la première chose à faire, principe de précaution élémentaire, ne pas s'accoquiner avec eux, en imaginant sauver la France du pire. Ce serait les sauver eux d'abord. Eux le pire qui, déréglant les conditions de vie et de travail de millions d'entre nous, ont fait aimer Le Pire. Et ce serait aussi et surtout admettre que nous ne nous sommes pas l'alternative politique à leur politique de déclin programmé des acquis sociaux, comme ils disent, avec un mépris de classe qui se rengorge de leur mérite, figurons-nous, qu'ils font dix, cent, mille journées et plus en une, et un culot à faire pâlir bien des dictateurs. La seule force sociale neuve, en réalité, c'est nous, qui n'avons pas à faire du sentiment et à s'inquiéter de la pauvre biquette en marche pour affronter le loup national. Il ne fait aucun doute que Printemps-tue-mouches le désodorisant sans odeur va l'emporter contre le lourd entêtant Parfum d'Indochine. Aussi convient-il que sa victoire soit courte, car il importe du point de vue de la confiance politique acquise, que la créature des marchés ne bénéficie que de l'apport cahuzaco-filloniste et qu'il ne puisse pas s'enorgueillir d'un résultat volé à coups d'attentats et d'anticommunisme primaire.