François Hollande organise l’inégalité entre Français selon la langue qu’ils choisissent de parler.

Publié le par Parti de Gauche 94 Nord

François Hollande a déjà institutionnalisé l’inégalité territoriale, il organise désormais l’inégalité entre Français selon la langue qu’ils choisissent de parler.

François Hollande a annoncé le dépôt d’un projet de loi constitutionnelle pour autoriser la ratification de la Charte européenne des langues régionales et minoritaires.
En réalité il ne s’agit pas de la Charte elle-même. En effet la plupart des articles qu’elle contient sont déjà en application. Sauf quelques articles qui ont été déclarés anticonstitutionnels car ils portent atteinte à l’unicité du peuple français selon les termes du Conseil constitutionnel en 1999.

Le Parti de gauche s'oppose à ces articles et non «aux langues régionales» ou aux «cultures régionales». C'est un crève-cœur de voir une partie de la mouvance anticapitaliste se laisser séduire par une idée aussi anti-sociale et aussi discriminatoire.

Commençons par les langues elles-mêmes.
Puisqu’il s’agit de la diversité linguistique et de la façon de la protéger, l’adoption des articles bloqués de la Charte ne va rien arranger. En réalité, s’agissant de la pratique des langues dans notre pays, cette Charte va créer des discriminations supplémentaires. En effet, la Charte ne couvre pas les langues venues des migrants, quand bien même sont-elles parlées chaque jour par des millions de gens dans tous le pays. Ainsi l’arabe, parlé par de très nombreux compatriotes ou par leurs ainés, ne bénéficiera pas de l’adoption des articles contraignants de cette charte des langues régionales et minoritaires. Dès lors, l’adoption des articles concernés légitime une revendication de reconnaissance dans autant de cas qu'il y a de langues réellement parlées en France. Est-ce bien ce que nous voulons ?

Et ce n’est pas tout en matière d’inégalité et de discrimination.
La liste des langues reconnues va faire l’objet d’un choix arbitraire entre les langues traditionnelles de France. Un choix sera fait à l’intérieur de ces langues qui comportent souvent des variantes fondamentales. Il existe ainsi plusieurs langues créoles et bretonnes par exemple. Parfois, les différences ne sont pas secondaires mais touchent aux racines de ces langues. Le Gallo est un breton de racine latine, ce qui n’est pas le cas des quatre autres langues bretonnes traditionnelles. Quant au breton « officiel », il date d’un travail d’unification sur lequel je ne m’exprime pas pour éviter des polémiques qui ne touchent pas au fond du sujet que nous avons à traiter en ce moment. Reste que d’ores et déjà, Rennes se voit infliger une double toponymie en langue bretonne officielle alors que la ville est en zone de parler Gallo !

Si le Parti de gauche n'a aucune opposition à une quelconque langue régionale, ni contre ceux qui les parlent, ni contre les cultures qu’elles expriment, ni contre leur enseignement à ceux qui veulent les apprendre, il s'oppose absolument à l’idée de créer des droits spécifiques entre citoyens selon la langue parlée et à ce que soit remis en cause l’usage exclusif du Français comme seule langue officielle sur tout le territoire.

L’unité et l’indivisibilité de la République est la condition de l’égalité des citoyens.
Si les articles bloqués de cette Charte sont adoptés, des groupes particuliers de locuteurs pourront se voir reconnaître des droits particuliers dont les autres ne profiteront pas. C’est l’institutionnalisation d’un communautarisme linguistique au mépris de l’identité républicaine du pays.

L’utilisation unique du Fançais dans les documents officiels et légaux est un instrument précieux en vue de l’égalité sociale. Le morcellement linguistique est l’accompagnement le plus efficace du morcellement territorial et donc du droit, et spécialement du droit social.

 

Commenter cet article

Lafontan Jan 20/01/2017 18:03

Tout d'abord, vous n'aviez rien à craindre de cette pseudo proposition de Hollande qui savait très bien qu'elle n'avait aucune chance d'aboutir, comme toujours les défenseurs des langues régionales se font balader et cela participe à faire monter une exaspération nuisible pour le rassemblement de la gauche !
Parler de discrimination en mettant sur le même plan l'arabe qui est une langue de l'immigration récente et les langues autochtones, territoriales de France n'est pas recevable, car toute politique linguistique serait à ce moment là intenable, est cela que vous souhaitez ? Ensuite l'intégration véritable dans les territoires où il y a une seconde langue historique passe par l'apprentissage des 2 langues du territoire ou au minimum par une ouverture à celles ci. cf le discours du groupe d'origine berbère de Toulouse ZEBDA...ou l'accent occitan marqué des jeunes marseillais d'origine maghrébine, c'est là une vraie preuve d'intégration culturelle, l'intégration sociale n'y étant pas je pense qu'on est d'accord ! Enfin sur ce sujet l'on pourrait envisager pour cette population un enseignement de leur langue d'origine qui valoriserait leur culture et serait donc une reconnaissance.
Sur la question de l’usage exclusif du Français comme seule langue officielle sur tout le territoire. en quoi cela pose problème qu'il y ait du bilinguisme sur les territoires concernés ? Le français est notre langue commune et personne ne le remet en question aujourd'hui, en faire une langue unique est abusif et provoque pour le coup, une vraie discrimination, il faut savoir qu'aucune langue ne peut survivre sans être utilisée dans l'espace public donc sans reconnaissance officielle, vous voulez restreindre l'usage de ces langues à l'espace privé ? C'est cela que vous voulez ? Une langue n'est pas une religion, elle a un caractère fondamentalement public, vouloir en privilégier une seule en lui donnant ce statut de langue unique est donc fondamentalement inégalitaire.
Enfin ce n'est pas très sérieux ni surtout scientifique d'essayer de diviser chaque langue régionale comme le font les élus du PS ou du FN en Provence, toute langue a des dialectes et même des sous dialectes et une forme unifiée dès qu'elle est reconnue et normalisée. Ainsi le français (langue d'oil) a aussi ses propres dialectes qu'il abandonne d'ailleurs comme le bourguignon, le normand, le picard, le lorrain français,le berrichon, le gallo, le dialecte de l'ile de France et je dois en oublier !
Bref pour conclure je trouve plus que dommageable ce type de position qui fait un clivage supplémentaire dans la gauche dont nous n'avons pas besoin, nous devrons demain tous nous rassembler largement y compris avec EELV si nous voulons l'emporter et Mr Mélenchon ferait bien de prendre cette question de la diversité linguistique au sérieux car elle est révélatrice de la structure que nous donnerons ou pas à la 6ème République ! Une vision unitariste avec une langue unique nous mène vers une France centralisée à l'ancienne, le socialisme de demain s'il vit sera sur des bases de démocratie à l'horizontale avec de l'autogestion dans les entreprises et pourquoi pas de l'autonomie pour nos territoires. Je peux bien comprendre que vous n'ayez pas cette vision de la République mais de grâce au moins acceptez la diversité culturelle ! Laisser vivre les langues de France, cela signifie leur donner les moyens de vivre.